Invitation au voyage, retour sur le stage solidaire de danse africaine

Samedi 31 janvier dernier, 37 danseuses étaient réunies à la salle Henri Hanneton à Blandy les Tours pour le stage de danse traditionnelle africaine, organisé en partenariat entre le CCRB et AIPSFD, et qui avait pour objectif de collecter des fonds pour l’ouverture du centre culturel AIPSFD à Natitingou.

 

  

Cette journée a permis aux participants de :

 

  • découvrir le rythme guinéen « KAKILAMBE » : sa musique, son histoire et une danse composée de mouvements issus des danses traditionnelles réalisées sur ce rythme,
  • apprendre, de façon ludique et amusante, le chant mandingue FATOU YO,
  • appréhender les notions de lien entre danseurs et musiciens, d’accélération de tempo, de danse collective et d’improvisation par le biais de plusieurs jeux,
  • se confronter aux préjugés liés aux différences culturelles à travers la mise en place d’une scénette de théâtre participatif,
  • écouter la lecture d’un conte de sagesse africaine (« l’éléphant et les six aveugles »),
  • partager des moments conviviaux autour de la « Tisanerie africaine » (jus de bissap, Thé Rooibo ou boisson à base de gingembre).
  •  

En somme, le programme fut une invitation des participants à laisser s'évader leur esprit au travers de la culture africaine. Ce fut également l’occasion d’annoncer le projet de l’association de séjour solidaire prévu en novembre 2015 à Natitingou.

 

La collecte de fond de cette journée permet l’ouverture du centre culturel et solidaire à Natitingou. Ce soutien tente de répondre à un problème exprimé par de jeunes artistes au Nord du Bénin. Région, où la richesse culturelle est menacée par des manques de moyens et de reconnaissances. Aussi, même si la culture peine à exister, AIPSFD veut travailler de concert avec les autorités Béninoises afin de préserver l'histoire et la créativité culturelle.

Le centre prévoit des espaces dédiés aux artistes afin de contribuer à leur volonté de se professionnaliser. Ainsi, ils pourront s’organiser, travailler à leur création, proposer à court terme des initiations, spectacles … pour atteindre l’objectif de leur autonomisation.

 

Enfin, le projet de séjour solidaire viendra lier les « deux mondes » : celui des passionnées occidentaux de la danse et celui des artistes. Une manière de créer une passerelle et de contribuer à rendre hommage à la « danse africaine ».

 

 

Bilan de la journée

 

Les comptes faits, nous pouvons dire que le bilan de ce stage est très positif car la collecte réalisée permet d’atteindre le montant fixé dans le cadre du projet passerelle vers les origines de la danse. L’équipe d’AIPSFD planche déjà sur l’organisation d’un prochain stage à venir afin de collecter les fonds nécessaire à l’acquisition du matériel (informatique, panneau solaire pour l'autonomie énergétique, pompe pour le puit, fournitures scolaires, ...) nécessaire à l'ouverture du centre culturel et la mise en place du voyage solidaire d’ici la fin 2015 wink

 

0
25 février 2015, 14:47
Print
Add comment.

Comments (0)