Sauvegarde du patrimoine culturel des Tammaris par la reconnexion des jeunes à leur culture

Sauvegarde du patrimoine culturel des Tammaris par la reconnexion des jeunes à leur culture (Bénin – Afrique de l'Ouest)
Conservatoire de danses cérémonielles et rituelles Tammari (CDCRT)
À PROPOS DU PROJET
La jeunesse scolaire du Bénin subit le poids d’une extraversion culturelle dont la principale manifestation est la méconnaissance voire le mépris des expressions culturelles nationales. Très peu des enfants béninois savent encore danser les danses traditionnelles du Bénin. Ne sachant pas s’exprimer aisément dans les langues nationales, ils n’apprécient guère plus les chants légués par l'histoire. Cette jeunesse scolaire étant l’avenir de notre pays, il est urgent de prendre les dispositions pour remédier à ces carences et pertes croissantes de l'intérêt pour l'héritage culturel. Il semble alors nécessaire que la jeunesse béninoise puisse se réapproprier sa culture nationale matérialisée par les chants et les danses traditionnels du Bénin.
Chef de projet : 
La mission CDCRT est de faire redécouvrir, d’entretenir, de revivifier et de perpétrer la richesse et la splendeur des sons, des rythmes, des chants, des chorégraphies, des costumes et instruments de musiques du peuple Tammari et du Bénin et du Togo.
Il s’agit donc par ce projet de renforcer les capacités de ce Conservatoire pour en faire une véritable institution dotée des moyens nécessaires à l’accomplissement de sa mission d’éducation de la jeunesse pour l’émergence béninoise de type nouveau, débarrassé du complexe d’infériorité culturel et de tout préjugé. Un béninois réconcilié avec lui-même et dont l’initiative libérée fait un producteur enthousiaste et un consommateur avertis de bien culturels endogènes. Et qui a pour double mission de constituer la collection de l'héritage culturel du Nord du Bénin.
 
Résultats escomptés
L’objectif global est de sauvegarder, de protéger et de promouvoir la richesse du patrimoine culturel immatériel que sont les chants et danses traditionnelles du Bénin. Les objectifs spécifiques prévus à cet effet sont de capitaliser les 8 ans d’expérience du Conservatoire dans ce domaine et le renforcer par :
 
Principales activités
L’organisation des ateliers de formation pour le renforcement des capacités des élèves du conservatoire et de leurs formateurs
L’organisation de 8 mois de cours de danses au profit d’une centaine d’élèves du conservatoire toute promotion confondue
L’organisation de 8 spectacles gratuits à destination des jeunes scolarisés
L’équipement en outil de travail moderne et performant le conservatoire pour lui permettre de mener à bien sa mission de collecte et d’archivage de l'enseignement et la diffusion des chants et danses traditionnelles du Bénin.
 
Population ciblées
Dans l'ordre de priorité :
La population du monde scolaire (élèves et intervenants pédagogiques)
Les populations défavorisées
Les populations issues du tourisme durable
Méthode
Organiser des ateliers de formation à l’intention des élèves du conservatoire afin de les amener à savoir écrire et lire les chants, la musique
Savoir codifier, exécuter et composer des chorégraphies
Organiser une session de formation de danse, d'une durée de 8 mois, à destination d'un public d’élèves sur sélection (environ 100 élèves) et à raison de 4h hebdomadaires.
Organiser de 8 spectacles gratuits à destination de la population scolaire
S'équiper d'outils de bureautique et de multimédia performants
Les différents acteurs du projet en partenariat avec le CDCRT
Le Ministère de la culture a promis de doter le Conservatoire de bâtiments. 
L’Union Européenne a financé et continuera de financer les recherches sur le patrimoine culturel et les activités de CDCRT qui sauvegardent, protègent et valorisent le patrimoine culturel immatériel du Bénin.
La mairie de Natitingou a mis gracieusement à disposition des locaux.
La FLASH (toujours sans département des Arts) soutient le CDCRT à travers son département des Sciences du Langage et de la Communication. Ce dernier a toujours mis ses ressources humaines à la disposition du CDCRT pour le recueil et l’exploitation des éléments de tradition orale. 
Les commissions Nationales de langues sont intéressées par les recueils de chants.
Frédéric Cellé, chorégraphe et diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon est intéressé par la création d’une chorégraphie de danse africaine traditionnelle composée de diverses danses africaines de différentes origines. Il propose un transfert de compétence en matière de codification et de composition des danses, pendant que le projet lui offre les moyens d’accéder à des expressions corporelles diversifiées et originales.
Pour mener à bien ce projet, le CDCRT peut compter sur les enseignants du DSLC pour l’enseignement de la transcription et la traduction des textes chantés. Il fera appel aux professeurs de musiques des lycées et collèges pour l’enseignement du solfège.
Julie Chadouteau, chorégraphe, danseuse et animatrice de cours de danses traditionnelles d'Afrique de l'Ouest a fait son expérience en France et au Bénin, aura la charge de l’enseignement de la codification des pas de danse.
La supervision générale des activités du projet sera assurée par le professeur Rigobert Kp. KOUAGOU, président du Conseil d’Administration du CDCRT assisté du professeur Arthur BAPAKI. Ces responsables s’appuieront pour l’encadrement des élèves, sur les instructeurs de danses traditionnelles recrutés parmi les anciens élèves du Conservatoire.
 
0
31 mars 2015, 14:06
Print
Add comment.

Comments (0)